Profil

Les visages de l’amour

Pour certains, il signifie un élan de passion. Pour d’autres, il est signe d’une tendresse quotidienne et d’une affection qui durent. Une chose demeure : le 14 février évoque l’amour sous toutes ses formes.

Tantôt jugée trop commerciale, tantôt qualifiée de romantique, la Saint-Valentin ne laisse pas indifférent. Le rouge et le rose envahissent la ville, les cœurs et les fleurs dominent les vitrines, l’amour prend la forme d’un clin d’œil ou d’un flirt quotidien, une évidence qui se reflète en particulier à l’Université de Saint-Boniface (USB), chez les étudiants comme chez le personnel.

En effet, ils sont nombreux, entre les murs de l’établissement, à partager une histoire d’amour unique. Brigitte L’Heureux et Sory Sacko ont ainsi vu naître leur amour il y a plusieurs années au sein même de l’USB où ils travaillent tous les deux. Cette bibliotechnicienne et ce préposé au Service informatique partagent aujourd’hui leur vie ont fondé une belle famille avec trois magnifiques garçons.

Profil - Saint-Valentin« Travailler ensemble est vraiment positif, souligne Brigitte L’Heureux. Cela nous permet de nous voir encore davantage et de communiquer même lorsque nous quittons la maison ». Selon le couple, on n’a pas besoin de la Saint-Valentin pour témoigner son affection, l’amour se vit chaque jour.

Pour leur part, Lise Gaboury-Diallo et son conjoint, Ibrahima Diallo, apprécient la journée des amoureux. Incorrigibles romantiques, les deux professeurs de l’USB voient dans la Saint-Valentin l’occasion de témoigner l’amour qu’ils éprouvent l’un pour l’autre et pour leur famille.

« Chaque année nous fêtons la Saint-Valentin, explique Ibrahima. Mais nous tenons surtout à ce que ce soit un évènement familial. C’est l’occasion de partager un moment de complicité avec nos enfants. »

Selon lui, c’est aussi un moment d’originalité, car pour les époux, il s’agit de faire preuve de créativité à l’occasion de cette journée placée sous le signe du romantisme. « Même si je dois reconnaître que ma femme est bien plus douée que moi pour organiser des surprises, concède Ibrahima Diallo, il y a une Saint-Valentin dont je suis persuadé qu’elle se souviendra toujours. Nous venions tout juste d’acheter notre nouvelle maison, il n’y avait encore aucun meuble et je lui ai proposé d’y passer la soirée du 14 février. Quand elle est arrivée dans le salon, elle a vu le foyer à bois que j’avais allumé pour la toute première fois, des chaises et une bouteille de vin. On a alors passé la soirée avec nos enfants autour de ce feu. C’était un très beau moment. »

Justement, de très beaux moments, il s’agit d’en vivre tous les jours lorsque l’on fait le choix de partager sa vie avec un « collègue ». Le gestionnaire de réseau au Service informatique de l’USB, Donald Graham, et la préposée à la paie, Lorraine Fiola, en sont les témoins : l’amour ne doit pas s’exprimer par des gestes épisodiques, mais plutôt par la constance et les gestes quotidiens.

« Pour la Saint-Valentin, nous n’organisons jamais rien de spécial, explique Lorraine Fiola. Pour nous, l’amour devrait être souligné toute l’année. Chaque jour, il faut être attentif à l’autre et montrer combien on prête attention à ceux qui nous sont chers. »

Publié : février 2014

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface