Profil

Révolutionner les terrains de jeux

Jocelyne Le Léannec

Pour Jocelyne Le Léannec, il n’y a rien de plus naturel que de plonger dans l’univers de la recherche de pointe et des hautes technologies. De fait, c’est avec dextérité qu’elle a pris ce virage, allant jusqu’à se placer en tête du peloton.

Cette ancienne étudiante de l’Université de Saint-Boniface (USB), férue d’informatique et de graphisme, s’est lancée depuis le mois de juillet dans un projet ambitieux : LUMO. Au coût de 2,5 millions $, cette initiative de grande envergure entend révolutionner les terrains de jeux traditionnels pour les plus jeunes.

Pour cela, il faut trois éléments clés : une lumière accrochée au plafond, un projecteur interactif et une caméra capable de détecter les mouvements. Le système ainsi composé projette sur le sol des images, des effets, qui réagissent aux mouvements des utilisateurs. Dès lors, tout est permis. Les utilisateurs de LUMO deviennent des joueurs grandeur nature, les propres héros de leur jeu vidéo. Ils ne sont plus assis derrière un écran puisque c’est avec leur corps tout entier qu’ils jouent.

« Ce qui est unique avec LUMO c’est que les enfants sont à l’intérieur même du jeu, souligne Jocelyne Le Léannec. J’aime l’idée de leur créer un environnement magique dans lequel ils ne restent pas passifs. »

Et de fait, LUMO permet de faire éclater la créativité de chacun. Des concepteurs comme Jocelyne Le Léannec ont su créer des jeux variés allant de la partie de hockey à la chasse aux crabes en passant par le périple sur un bateau pirate. Le temps du jeu, l’espace est ainsi habité de nouvelles couleurs et de nouveaux êtres vivants, projetés directement sur le sol de la pièce. « Ce qui est aussi intéressant c’est que les enfants peuvent créer leur propre jeu, précise Jocelyne Le Léannec. Ils pourront choisir de télécharger des effets ou d’enregistrer leur propre image pour personnaliser les jeux. »

Élaboré à partir de l’entreprise PO-MO Inc. chez laquelle travaille Jocelyne Le Léannec, LUMO devrait ainsi être finalisé en 2015. Soutenu par des groupes internationaux, il révèle combien le dynamisme d’une équipe de cinq personnes peut mener à de grands projets. « Nous dialoguons actuellement avec de nombreux investisseurs en Amérique du Nord, explique Jocelyne Le Léannec. Nous espérons qu’ils nous ouvriront les portes de la Silicon Valley et des manufactures chinoises. »

Moderne et avant-gardiste, c’est ce qui caractérise le projet dans lequel s’est lancée l’ancienne étudiante du programme Communication multimédia de l’USB. « Toutes les choses que j’ai étudiées à l’Université m’ont permis de réaliser ça, confie Jocelyne Le Léannec. Je n’aimais pas les études, mais j’aimais créer de nouvelles choses. C’est alors ma formation qui m’a donné goût à la vidéo et à l’animation 3D. » Un goût qui s’accompagne d’un talent singulier chez cette jeune femme dont la vidéo À La Carte, réalisée dans le cadre de sa formation à l’USB, avait été sélectionnée pour le World Film Festival de Montréal en 2012 et le festival Cinémental de Winnipeg.

 

Publié : février 2014

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface