Nouvelles et événements

Le Sportex continue d’offrir un excellent service, malgré les rénovations

29 aout 2014

Les travaux de rénovations au Sportex vont bon train, tandis que les abonnements cessent d’augmenter. Mission réussie pour l’USB!

Depuis le 14 juillet, et probablement jusqu’à la fin septembre, les vestiaires subissent des travaux afin d’être plus spacieux et de compter plus de salles de toilettes chez les hommes comme chez les femmes.

« Ce sera plus sécuritaire et agréable pour circuler, se réjouit d’avance le directeur des services aux étudiants, Christian Perron. On a aussi amélioré le système de climatisation, donc l’air sera plus pur. »

Plus que des rénovations physiques, le plan de renouvellement 2012-2017 du Sportex s’était aussi donné comme objectif d’augmenter ses abonnements à 1 200. Deux ans plus tard, c’est presque réussi.

« On avait 661 membres au printemps 2012, ils étaient 1 056 au printemps 2014, annonce Christian Perron. Au niveau de la clientèle étudiante notamment, on est passés de 198 à 438 abonnements. On est ravis d’avoir plus que doublé! »

Il explique ce succès par le fait que le Sportex, grâce aux rénovations entreprises, est en mesure d’offrir un service à la fine pointe, convivial, bilingue et vraiment personnalisé à sa clientèle, ce qui est attractif.

En outre, l’accès aux équipements et aux salles du centre de conditionnement reste toujours le même malgré les travaux, à l’exception des vestiaires qui ont été déplacés au gymnase ouest. « Il n’a jamais été question de fermer le Sportex, affirme Christian Perron. Pour les rénovations, on s’organise et nos membres sont plutôt contents. Rares sont ceux qui ont suspendu leur abonnement pendant les travaux. »

Avec autant de succès, l’USB n’attendra pas 2017 pour travailler sur le prochain plan quinquennal pour le Sportex. « On va faire un plan pour maintenir la qualité de nos services à la clientèle et la fine pointe de nos équipements, conclut Christian Perron. C’est un travail continu. On ne voudrait pas avoir fait un investissement, puis le laisser se dégrader! »

 

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface