Profil

Une mission confirmée

Sœur Norma McDonald a reçu un certificat de reconnaissance du conseil national de Développement et Paix, un geste qui l’encourage à poursuivre sa mission.

Sœur Norma McDonald

Sœur Norma McDonald, récipiendaire d’un certificat de
reconnaissance du conseil national Développement et Paix

 Alors qu’elle se trouvait à l’étranger, l’animatrice du Service d’animation spirituelle de l’Université de Saint-Boniface (USB) et personne-ressource du comité Développement et Paix à l’Université, sœur Norma McDonald, a reçu le 2 mai dernier, lors de l’Assemblée régionale du Manitoba de Développement et Paix, un certificat de reconnaissance du conseil national de Développement et Paix.

 

 

Le comité Développement et Paix était présent pour accepter l’honneur en son nom, un honneur que le président du conseil national, Patrick Kennedy, lui a rendu « pour sa contribution et son engagement envers la justice sociale et ses efforts pour améliorer les conditions de vie des populations du Sud ».

Pour sœur Norma McDonald, cette reconnaissance représente « la confirmation d’une mission de Dieu que j’ai en moi de faire la justice à partir de ma foi, confie-t-elle. La vision et la mission de Développement et Paix, je les intègre dans mon travail depuis 1991, et ce certificat m’encourage à continuer ».

Plus qu’une motivation pour elle, le certificat envoie un message fort aux jeunes. « Le fait que je reçoive une reconnaissance pour mon travail envers la justice sociale, c’est aussi un témoignage pour les jeunes de l’importance de travailler pour les autres, souligne-t-elle. Quelle que soit notre foi, on porte tous ce désir de faire du monde une meilleure place et d’yapporter la justice sociale.

« On doit travailler ensemble pour cela, et c’est justement ce que fait le comité Développement et Paix, souligne-t-elle. Il rassemble des jeunes universitaires de toutes les religions, et même ceux qui vivent sans religion. C’est donc  important pour moi d’avoir reçu cette reconnaissance de Développement et Paix, mais aussi que ce soit les jeunes qui l’aient acceptée, au nom de tous ceux qui ont travaillé avec moi au comité Développement et Paix USB depuis sa création en 1993. »

Afin de favoriser la justice sociale et un meilleur équilibre Nord-Sud, la vision première de Développement et Paix n’est pas d’intervenir directement et de manière impérialiste dans les pays du Sud, c’est plutôt de sensibiliser les populations du Nord pour qu’elles soient elles-mêmes agents du changement.

Le comité Développement et Paix a lui-même mené plusieurs actions en ce sens en 2013-2014. « On a eu l’idée d’aider les sans-abri de Winnipeg en leur donnant des dîners une fois par mois, notamment autour de Noël, raconte sœur Norma McDonald.

« Pour cela, on a sollicité l’aide d’un groupe de femmes autochtones, ainsi que de l’USB, poursuit-elle. Elles étaient une trentaine à s’impliquer pour amasser de l’argent puis aller dans les rues rencontrer les sans-abri. C’était une vraie vitrine de l’USB pour les sans-abri! »

Le Comité a aussi, entre autres actions, recueilli des signatures pour demander la création d’un mécanisme légal d’ombudsman pour le secteur extractif du Canada afin de réagir à la menace que représente les opérations minières canadiennes dans le Sud.

Publié : octobre 2014

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface