Profil

Au secondaire et à l’université

En 2013-2014, 19 élèves en 11e et 12e années ont suivi des cours donnés par l’École technique et professionnelle (ETP) de l’Université de Saint-Boniface (USB), soit sur place, soit en ligne. Au mois de septembre 2014, ils étaient déjà 21.

 
Réjean LaRoche, directeur de l’ETP  

La présence de ces jeunes élèves parmi la liste des inscrits est le résultat de deux partenariats, l’un entre l’ETP et la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM), depuis près de dix ans, et l’autre, la Division scolaire Louis Riel (DSLR), depuis 2012.

« On voulait offrir des cours techniques et professionnels aux élèves de 11e et 12e années qui cherchaient d’autres défis que ceux proposés au secondaire, explique le directeur de l’ETP, Réjean LaRoche.

« Les élèves qui les suivent reçoivent en terminant des crédits pour le secondaire, mais aussi pour l’université, précise-t-il. Ces crédits seront ajoutés à leur dossier quand ils deviendront étudiants, donc ils n’auront pas besoin de repasser le cours. »

« C’est un partenariat intéressant, car ça nous permet d’élargir le choix de cours et ça offre à nos élèves une première expérience avec l’USB et le style universitaire, commente la directrice de la programmation à la DSFM, Louise Legal-Perrin. De plus, c’est avantageux pour eux sur le cout futur de leurs études, car ils auront déjà validé des cours! »

Parmi les cours accessibles aux jeunes du secondaire, l’ETP propose des cours en soins de santé,en éducation de la jeune enfance, en communication multimédia/développement Web et même une introduction à l’industrie du tourisme.

« On offre nos cours en fonction du marché, confie Réjean LaRoche. L’un des objectifs de ces ententes est en effet de combler une pénurie de personnel bilingue dans certains domaines professionnels. »

Il annonce que « cette année, on offre deux nouveaux cours en jeune enfance, une introduction aux services de garde au Manitoba et un cours de garde en milieu familial. De plus, on travaille sur d’autres cours à double reconnaissance de crédits, en administration des affaires notamment ».

Si tous les élèves en 11e ou 12e année dans les deux divisions scolaires partenaires sont les bienvenus dans ces cours de l’ETP, il leur faut bien choisir, car « c’est assez lourd comme charge de travail, donc c’est mieux d’avoir déjà suivi la majorité de ses cours du secondaire en 9e, 10e et 11e années », prévient Réjean LaRoche.

Louise Legal-Perrin confirme que « ça demande un bon niveau d’engagement dans ses études et de la maturité pour suivre un cours à double reconnaissance de crédits secondaire et universitaire ».

Malgré tout, ces cours sont une chance pour les jeunes « de pouvoir démystifier le postsecondaire et voir dès le secondaire ce qu’ils aiment ou pas », note Réjean LaRoche. « Pour les divisions scolaires partenaires, quand l’offre de cours est plus variée, les jeunes ont plus de chances de s’intéresser à quelque chose et donc de réussir. L’USB en profite aussi, car ça nous aide à recruter des étudiants quand ils sont déjà avec nous au secondaire », conclut-t-il.

Le coordonnateur des services de soutien aux élèves à la DSLR, Roger Lacroix, confirme que « notre vision avec cette entente, c’est que plusieurs de nos élèves saisiront cette opportunité et que ça leur donnera envie de poursuivre des études postsecondaires en français ».

 

Publié : novembre 2014

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface