Profil

Partenaires logiques

Depuis sa création en 1915, l’Alliance française (AF) du Manitoba entretient des liens multiples avec l’Université de Saint-Boniface (USB). De fait, sa présidente actuelle, Huguette Le Gall, en est même une ancienne étudiante.

Si Huguette Le Gall  s’est toujours assurée de faire fructifier les liens entre l’USB et l’AF depuis son arrivée à la présidence de l’AF en 2010, elle ne faisait que s’inscrire dans une longue continuité, car « l’AF et l’USB partagent depuis toujours des valeurs communes de promotion de la langue et de la culture françaises », estime-t-elle.

Arrivée de France au Manitoba en 1977, la présidente de l’AF a étudié à l’Université de Saint-Boniface (USB) dans les années 1990.

Huguette Le Gall,
présidente de l’Alliance française

« J’ai obtenu un certificat de traduction à l’USB en 1995, raconte-t-elle. C’était important pour moi d’avoir un diplôme professionnel canadien, car j’avais fait tout le reste de mes études en France. J’ai eu beaucoup de plaisir à le faire. »

Tout de suite, Huguette Le Gall a fait bon usage de son nouveau diplôme. « À ce moment-là, j’étais chef des communications à Radio-Canada, se souvient-elle. Dans les médias, on doit souvent passer d’une langue à l’autre. J’ai quitté en 2008 pour aller travailler aux Éditions des Plaines. Là aussi, ça m’a servi de savoir passer d’une langue à l’autre! »

Huguette Le Gall a aussi développé un intérêt pour les arts. D’abord chroniqueuse artistique puis littéraire dans les années 1980, pour la télévision et la radio de Radio-Canada et pour le journal La Liberté, elle a pris part en 1990 à l’organisation d’une vente de dessins de l’artiste franco-manitobain Réal Bérard par et pour l’USB.

La Franco-Manitobaine d’adoption a aussi siégé à la fin des années 1990 au conseil d’administration (CA) de la Maison Gabrielle-Roy, qui a fait de la Maison un musée, ainsi que sur le premier CA de la Maison des artistes visuels francophones. Finalement, en 2010, elle accepte la présidence de l’AF, qui fêtera d’ailleurs en 2015 ses 100 ans de présence au Manitoba.

Des liens de longue date

« L’AF a été fondée en 1915 et dès 1917, on retrouve officiellement des liens avec l’USB, dévoile Huguette Le Gall. Un père jésuite qui était professeur à l’USB avait alors donné une conférence pour l’AF. On peut ensuite retrouver ce genre de liens dans toutes les décennies.

Les conférences, que l’AF appelait dans le passé dîners-causeries ou causeries, ont toujours été une activité très importante pour l’AF », précise la présidente.

Outre des prêts de conférenciers, l’USB a aussi offert sa chapelle à l’AF pour y célébrer une messe de deuil en 1940, ses salles pour y organiser une demi-finale de la Grande dictée organisée en 1988 par l’AF, ainsi que ses troupes de théâtre pour des activités culturelles dans le cadre de l’AF. De même, dans les années 1960, l’AF a souvent utilisé les locaux de l’USB pour projeter des films ou donner des concerts.

Si l’USB a souvent fourni à l’AF des locaux ou de la main-d’œuvre pour mener à bien ses diverses activités, les relations allaient toujours à double-sens. « Pendant très longtemps, l’AF a eu accès à des conférenciers de passage en Amérique du Nord, explique Huguette Le Gall. Grâce à notre réseau, l’USB a pu organiser plusieurs conférences sur divers sujets. »

Plus récemment, l’USB et l’AF se sont associés pour mettre sur pied le Festival Afri’k! en 2009 et 2010, un festival pluridisciplinaire. L’USB est aussi commanditaire des célébrations du centenaire de l’AF en 2015, avec notamment au programme un cycle de conférences, ou encore un poématon autour de la création poétique.

« L’USB est un partenaire logique de l’AF, affirme Huguette Le Gall. On se rejoint sur nos visions et nos valeurs, comme la pluralité, l’inclusion, la promotion et l’expression des francophonies. L’USB est un monde en soi qui contribue extrêmement à la vie en français et à la transmission du français. C’était tout naturel pour l’AF de se diriger vers ce pilier de la francophonie!

« Et pour moi qui suis une ancienne étudiante de l’USB, confie-t-elle, c’est encore plus naturel d’aller frapper à sa porte avec nos nouveaux projets. C’est comme aller à la maison! Je suis vraiment reconnaissante à l’USB de toujours avoir ouvert ses portes et montré de l’intérêt envers ce que l’AF avait à proposer, et admirative de tout son travail pour l’éducation et la francophonie. Je suis fière d’être diplômée de cette université! »

icone_lien externe Visitez le site Web de l'Alliance française

Publié : novembre 2014

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface