Profil

Un esprit pluridisciplinaire

Thierry LapointeThierry Lapointe est un puits de connaissances. L’unique professeur de sciences politiques à l’USB offre non seulement de nombreux cours dans le cadre du baccalauréat en études internationales, mais il mène également ses différents projets de recherche qui obtiennent une grande reconnaissance dans la communauté internationale des chercheurs.

« Je ne pense pas que la recherche et l’enseignement soient deux choses séparées, affirme Thierry Lapointe. Quand je suis en train de construire un cours, j’ai souvent des questionnements qui émergent et qui vont mener à des projets de recherche. C’est bénéfique pour moi comme pour les étudiants. »

Pour étudier les relations internationales, Thierry Lapointe a choisi d’explorer de nouveaux sentiers et d’adopter une approche sociohistorique. Autrement dit, il s’agit de chercher dans le passé ce qui peut permettre d’expliquer les relations internationales d’aujourd’hui.

« J’essaye de penser le changement historique dans les relations internationales, explique le chercheur. L’idée communément admise est que la guerre a toujours existé, que cela fait partie de la nature humaine et qu’il n’y a donc pas moyen de l’expliquer. Mais mes collègues et moi visons à définir ce qui est spécifique à la guerre et à analyser la façon dont les pratiques sociales changent. »

« Nous voulons aller au-delà des idées préconçues qui empêchent l’explication, poursuit-il. Je mets l’accent sur la complexité des évènements. C’est pour cela que nous nous intéressons à la longue durée, qui requiert l’étude de l’histoire ainsi que des structures sociales et  politiques. »

C’est donc dans une optique pluridisciplinaire que Thierry Lapointe envisage les relations internationales. Du droit international à la pensée politique, l’enseignant-chercheur explore des horizons toujours plus vastes.

« Je suis très généraliste, affirme-t-il. J’enseigne aussi bien la philosophie politique que la politique canadienne, en passant par la théorie des relations internationales. »

En effet, étudier les relations internationales nécessite des approches très diverses. La preuve en est que le baccalauréat en études internationales puise aussi bien dans les sciences politiques que dans l’anthropologie, la sociologie ou encore l’histoire.Les projets de recherche de Thierry Lapointe, en partenariat avec son collègue Frédérick Guillaume Dufour, ont abouti, dans les dernières années, à des articles dans des revues aussi prestigieuses que Cambridge Review of International Affairs ou International Political Sociology.

 

Voir d'autres profils

 

 

 

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface