Nouvelles et événements

Être francophone au début du 21e siècle, une deuxième conférence Lucille-Maurice

28 janvier 2015

L’USB rend hommage à feue la pédagogue Lucille Maurice par le biais d’une conférence intitulée Être francophone au début du 21e siècle : défis et enjeux.

Le 29 janvier prochain de 14 h à 16 h, à la salle Martial-Caron de l’Université de Saint-Boniface (USB), étudiants, enseignants et grand public sont invités à venir écouter la professeure de la Faculté de droit de l’Université du Manitoba, Aimée Craft, s’exprimer sur le thème : Être francophone au début du 21e siècle : défis et enjeux.

Un débat s’ensuivra entre Aimée Craft et quatre panélistes, les deux finissants de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM), Sara Fournier et Gabriel Tougas, le finissant de la DSFM qui a passé une grande partie de sa scolarité en école d’immersion, Derrek Bentley, et l’enseignante de l’étranger, Malek Ben Aissa.

Claudine Lupien, organisatrice de la Conférence Lucille-Maurice et
vice doyenne et professeure à la Faculté d’éducation de l’USB

 « On a demandé à Aimée Craft d’être la conférencière invitée, car on voulait avoir des interactions entre elle et les panélistes, or Aimée Craft est francophone, mais aussi Métisse et Autochtone, dévoile l’organisatrice de la conférence et vice doyenne et professeure à la Faculté d’éducation de l’USB, Claudine Lupien. Elle devrait donc apporter une vision différente de celles des panélistes. »

Cette conférence s’inscrit dans le cadre de la série de conférences Lucille-Maurice de l’USB, lancée en 2011 en l’honneur de la pédagogue du même nom décédée en 2007.

« C’est notre deuxième conférence Lucille-Maurice, précise Claudine Lupien. Lucille Maurice était enseignante dans des écoles au Manitoba, conseillère pédagogique au Bureau de l’éducation française (BEF), mais aussi professeure à la Faculté d’éducation de l’USB de 1985 à 1990.

« Quand on a lancé les conférences Lucille-Maurice en 2011, c’était d’ailleurs une initiative de ses anciens collègues qui travaillaient encore à l’USB, se souvient-elle. Aujourd’hui, il ne doit en rester qu’un seul qui ait travaillé avec elle, donc j’ai repris le projet. »

Parmi ses réalisations en éducation, Lucille Maurice a laissé sa trace au niveau de l’immersion française au Manitoba, mais aussi à la DSFM où elle a beaucoup appuyé la littératie.

 « Elle a mis en place une trousse pour appuyer la lecture et l’écriture des jeunes, que la DSFM a beaucoup utilisée à ses débuts, raconte Claudine Lupien. C’était assez révolutionnaire. »

La maîtrise de la langue française était donc pour Lucille Maurice un enjeu important, enjeu qui reste encore d’actualité à l’aube du 21e  siècle, d’où le thème choisi pour la conférence.

Par ailleurs, le choix du thème permettra également de souligner les 20 ans de la DSFM en 2014-2015. « Être francophone, être fier de parler français, c’est un sujet clé à la DSFM, affirme Claudine Lupien. Choisir un thème de conférence qui la touche directement, c’est aussi notre façon de nous associer à la DSFM pour la célébration de ses 20 ans. » C’est aussi la raison pour laquelle trois panélistes sur quatre seront issus de la DSFM.

 « Le but des conférences Lucille-Maurice, c’est de toucher à des enjeux pédagogiques, surtout de langue et de littératie, conclut Claudine Lupien. Ça collait très bien avec le thème de l’identité francophone. La question de la francophonie en milieu minoritaire au 21e siècle, c’est d’intérêt pour toute la communauté. »

En 2011, une centaine de personnes avaient assisté à la première conférence Lucille-Maurice de l’USB.

 

Être francophone au début du 21e siècle : défis et enjeux
JEUDI 29 JANVIER 2015 de 14 h à 16 h
Salle Martial-Caron, Université de Saint-Boniface

Diffusion en direct à ustboniface.ca/Lucille-Maurice.

 

     

 

CONFÉRENCIÈRE INVITÉE :
Me Aimée Craft
Professeure, Faculté de droit
Université du Manitoba

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface