Nouvelles et événements

Quelles différences? Un atelier de création littéraire

17 mars 2015

Pour tous ceux qui se sentent différents, quelle que soit leur différence, pouvoir l’exprimer fait parfois un grand bien. Maria Arentsen leur en donne les outils.

Atelier de création littéraire : Quelles différences?Que ce soit pour sa déficience physique ou intellectuelle, son accent, son âge, son orientation sexuelle, sa religion, sa provenance, son sexe ou toute autre raison, les occasions de se sentir discriminé ne manquent pas.

« Ça peut juste passer par un regard de pitié ou une absence de regard, souligne la professeure au département d’études françaises, langues et littératures de l’Université de Saint-Boniface (USB), Maria Arentsen. Tous ces regards provoquent de la révolte, de la frustration, de la non-appartenance. Ces expériences blessent donc il est important d’en parler. »

C’est ce que la professeure propose en organisant le 19 mars à 18 h 30 un atelier d’écriture avec l’auteure Lise Gaboury-Diallo, au Salon Sportex de l’USB.

« C’est un cercle de partage sur la différence, annonce-t-elle. On veut inviter tous les gens qui se sentent vivant dans les marges de la société, dans ce qui n’est pas normal, à se dire, à raconter leurs expériences de vie. Cette prise de parole peut aider à s’affirmer et à mettre des mots sur un inconfort qu’on ne saisit pas toujours. »

Les participants sont donc invités à s’exprimer par écrit sur leur histoire, que ce soit à travers un poème ou un petit récit. Maria Arentsen précise cependant que « les participants ne sont pas tenus de produire quelque chose si ça fait trop mal, ni de signer de leur nom, ni de publier ce qu’ils ont écrit ».

Si l’atelier d’écriture a le potentiel d’aider ceux qui y participent, il aide aussi le grand public. En effet, les textes publiés, qui seront plus tard à lire dans le Cahier de Noël de La Liberté, « vont chercher le profondément humain dans chaque lecteur, affirme Maria Arentsen. Ça fait tomber les stéréotypes. Noël est un moment très spécial où les gens ouvrent leur cœur et sont plus réceptifs ».

Elle se réjouit également que parfois même, « ces récits sont lus par des gens qui vivent aussi une différence, et ça les fait réfléchir sur eux-mêmes et sur leur expérience face à la différence ».

La professeure de l’USB avait déjà organisé un atelier semblable en 2014, spécifiquement pour ceux qui ressentaient de la discrimination due à un handicap.

« Cette expérience avait touché beaucoup de gens de manière positive, conclut Maria Arentsen. Par exemple, un des participants qui avait perdu contact avec sa famille a recommencé un dialogue sain avec celle-ci en participant à l’atelier! Ça a fait du bien à tout le monde, donc cette fois-ci, on veut l’étendre à toutes les différences. »

Un troisième atelier est déjà prévu en octobre 2015.

Atelier de création littéraire : Quelles différences?
Salon Sportex de l’USB
19 mars 2015 à 18 h 30

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface