Nouvelles et événements

Coopération autour de l’incapacité

13 mai 2015

Un accord de coopération entre l’Université de Saint-Boniface (USB) et le Centre canadien d’études sur l’incapacité (CCÉI) viendra soutenir de diverses façons la recherche et l’éducation sur le handicap. De surcroit, l’accord verra le CCÉI se bilinguiser.


Maria Fernanda Arentsen, professeure à l’USB et membre du conseil d’administration du CCÉI

Lors de la Journée internationale des personnes handicapées le 3 décembre 2014, l’USB a signé un accord avec le Centre canadien d’études sur l’incapacité (CCÉI), un organisme fédéral dont le siège est à Winnipeg et qui a comme mandat de trouver des solutions aux divers problèmes d’accès des personnes handicapées afin de leur permettre une vie plus épanouie.

Dans le cadre de cet accord, le programme de traduction de l’USB aidera notamment à traduire le site Internet du CCÉI, qui, au moment de l’entente, s’affichait presque uniquement en anglais.

De plus, l’USB s’est engagée à encourager la recherche en français dans le domaine du handicap en remettant le Prix Tanis Doe pour les études canadiennes sur l’incapacité et la culture à un chercheur canadien francophone méritant, ainsi qu’à créer des cours sur l’incapacité.

« Ces cours existent en anglais à l’Université de Winnipeg et à l’Université du Manitoba, mais on n’en trouve pas en français, explique Maria Fernanda Arentsen, professeure à l’USB et membre du conseil d’administration du CCÉI. J’ai préparé deux cours qui ont déjà été approuvés par le Sénat de l’USB et qui devraient bientôt être lancés dans le cadre du programme d’études françaises. »

Plus que des nouveaux cours, « l’USB veut vraiment assurer une éducation pour tout le monde, donc travailler vers la création d’opportunités pour tous, accessibles à tous et à tous les niveaux, physique comme financier, affirme-t-elle. En effet, les personnes handicapées sont souvent plus pauvres que la moyenne ».

Pour sa part, le CCÉI s’est engagé à payer les stages des étudiants et étudiantes en traduction de l’USB et à encadrer et soutenir les étudiants faisant de la recherche au Manitoba dans le domaine du handicap.

Le CCÉI offrira également un cadre théorique et d’expertise, et organisera des activités conjointes avec l’USB telles que des ateliers et des congrès.

Maria Fernanda Arentsen se réjouit donc de cet accord de coopération et apprécie que le CCÉI ait choisi l’USB.

« Le CCÉI a déjà des accords avec les Universités du Manitoba et de Winnipeg, et il lui manquait une université francophone, conclut-elle. C’était essentiel pour lui, car il est un centre pour tous les Canadiens. On est très heureux qu’il ait choisi l’USB plutôt qu’une université au Québec ou ailleurs! »

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface