Nouvelles et événements

Roger Léveillé reçoit le prix du CIÉF

9 juin 2015

Réuni à l’Université de Saint-Boniface (USB) pour son 29e congrès, le Conseil international d’études francophones (CIÉF) a décerné le 8 juin dernier son prix annuel à l’auteur franco-manitobain multidisciplinaire, Roger Léveillé, J.R. Léveillé de son nom de plume.

Roger Léveillé et Lise Gaboury-Diallo
Roger Léveillé, récipiendaire du prix du CIÉF, accompagné de Lise Gaboury-Diallo, présidente du CIÉF

 

« Chaque année, on recherche comme récipiendaire quelqu’un qui s’est vraiment consacré à valoriser et à célébrer la langue française dans la région où va se dérouler le congrès, explique la présidente du CIÉF et professeure à l’USB, Lise Gaboury-Diallo.

« Cette année, Roger Léveillé était un choix évident!, lance-t-elle. Il a beaucoup écrit, il s’est beaucoup dédié à la cause francophone. De plus, il a su se démarquer par son œuvre novatrice, postmoderne, protéiforme. Le vote a été unanime. »

En effet, Roger Léveillé, qui a créé au total une trentaine d’œuvres, a su « aller à la limite de ce que pouvait être la littérature », affirme-t-il lui-même.

« J’ai créé des textes hybrides comme des collages ou des écritures en marges. J’ai aussi écrit des romans, de la poésie et des essais sur la littérature et la culture franco-manitobaine. J’ai fait une variété de choses! »

Ainsi, l’écrivain franco-manitobain invite ses lecteurs à une réflexion. « Ses textes sont assez ludiques, visuels, mais toujours avec un côté philosophique, affirme Lise Gaboury-Diallo. C’est très engageant ».

Roger Léveillé se dit honoré de recevoir une telle reconnaissance d’un conseil international comme le CIÉF. « Je suis très touché personnellement, mais je vois aussi ce prix comme un symbole de la vivacité et de la richesse de notre communauté et de sa culture, termine le récipiendaire. Ça montre que la réalité francophone d’ici vaut bien la peine d’être reconnue et explorée. »

Roger Léveillé est le premier Canadien de l’Ouest à recevoir le prix du CIÉF.

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface