Profils | Publié : mars 2016

Un engagement lumineux

 

Un engagement lumineux
Lise Gaboury-Diallo accompagnée du Consul honoraire de France, Bruno Burnichon, et le recteur de l’USB, Gabor Csepregi

Lise Gaboury-Diallo s'est vue récompensée pour son dynamisme sans pareil auprès de la communauté francophone. Nommée au grade de chevalier dans l'Ordre des Palmes académiques de la France, cette professeure de l'Université de Saint-Boniface ne cache pas son émotion. 

Cette haute distinction française, instituée en 1955, a pour objectif de souligner l’engagement d'une personne à faire valoir la francophonie dans le monde. « Je suis tombée des nues lorsque j'ai appris la nouvelle, révèle Lise Gaboury-Diallo. C'est un véritable honneur ». 

Le grade de chevalier dans l'Ordre des Palmes académiques de la France honore en effet certains membres de la communauté, le plus souvent, appartenant au milieu éducatif. Si c'est la France qui remet ces prix, cela n'empêche pas le pays de récompenser de nombreux étrangers qui font preuve d'un acharnement réel afin de répandre la culture française à l’échelle internationale. 

La démarche est toutefois complexe, ce qui fait d’une telle nomination un évènement majeur et singulier. C’est en effet le premier ministre français qui se charge de nommer les récipiendaires étrangers, qui doivent ensuite être approuvés par leur gouvernement. Cette distinction dépasse donc le cadre du remerciement ordinaire. Lise Gaboury-Diallo est le témoin d'une affiliation entre deux pays, la preuve d'une amitié réciproque et d'un respect mutuel.

« Je remercie du fond du cœur mes collègues qui ont soumis ce dossier en France il y a plusieurs années, confie Lise Gaboury-Diallo. Je suis absolument ravie, il n'y a pas d'autres mots. »

Une noble modestie

Si cette experte de la littérature de l'Ouest multiplie les talents et consacre une énergie sans cesse renouvelée au rayonnement de la langue française au Canada, elle n'en reste pas moins d'une modestie inégalée. « J'ai été très étonnée d'être récipiendaire, reconnait-elle. On fait notre travail, on a l'impression d'être comme tout le monde, et voilà qu'on est récompensé ainsi. » 

Comme tout le monde, c'est en effet un joli euphémisme, car Lise Gaboury-Diallo ne se contente pas d'enseigner : elle est également active pour la promotion de la littérature francophone et pour la communauté minoritaire au Canada. Depuis maintenant plus de 25 ans qu'elle œuvre à l'USB, elle siège parallèlement au Conseil International d'Études Francophones (CIEF). Sa participation à de multiples colloques internationaux, ses contributions à de nombreux festivals, au sein du comité artistique du Cercle Molière, ou encore au conseil d’administration des Éditions du Blé, font d'elle une personnalité unique, brillante et engagée.

« J'ai deux passions que j'ai la chance de vivre chaque jour, confie Lise Gaboury-Diallo, lire et écrire. Je suis là pour les partager, au plus grand nombre. »

Professeure, chercheuse et écrivaine, c'est donc un prix prestigieux lui revenant de droit qui lui a été offert. Un remerciement à la hauteur de ses engagements.

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface