Profil

Les affaires vont bien

Étudiante de première année dans le programme d’Administration des affaires offert par l’École technique et professionnelle (ETP) de l’Université de Saint Boniface (USB), Chantal Labossière sortait sceptique de sa salle de classe, croyant ne pas avoir bien compris la matière à l’examen. Lorsqu’elle reçoit sa copie corrigée, c’est un gros 99 % qui s’inscrit en première page, une note excellente parmi tant d’autres, pour cette étudiante de première année.

Chantal a commencé ses études postsecondaires par une année de cours généraux à l’USB. Pour cette résidente de Saint-Vital, c’était important de poursuivre ses études en français. 

 Chantal Labossière
Chantal Labossière, étudiante en administration des affaires à l'ETP

Pendant sa première année à l’USB, elle a pu explorer plusieurs domaines et s’est découvert un intérêt particulier pour la psychologie. Cependant, à la suite de plusieurs conversations avec une amie qui terminait le programme d’Administration des affaires à l'ETP, elle a décidé de suivre les pas de sa condisciple et de s’inscrire dans le même programme en septembre 2015.

Mais alors, quel est le lien entre la psychologie et les affaires? Pour Chantal Labossière, la question n'est pas longtemps restée un mystère.

« J’aime le marketing, car c’est en réalité de la psychologie du consommateur », explique cette amatrice de l’émission Dragon’s Den. Le programme se trouvait donc à mi-chemin entre ses deux passions : la psychologie et le monde des affaires. 

Chantal Labossière prévoit obtenir son diplôme en juin 2017. D’ici là, cette étudiante modèle devra choisir sa spécialisation dans le programme ainsi que ses stages. 

« La première année en est une de cours généraux, précise-t-elle. On voit du droit, de la comptabilité et du marketing. » Elle penche déjà fortement vers la spécialisation Gestion et marketing, offerte dès la deuxième année. 

Si Chantal Labossière entrevoit tant de portes ouvertes pour ses stages et sa spécialisation, c’est que ses résultats académiques sont exemplaires. « Quand je me lance dans un examen ou un projet, je m’y mets toujours à 100 %, soutient-elle. Je ne vais pas rendre un travail sans y mettre tout l’effort possible. »

Elle souligne l’importance de ne pas attendre la veille d’un examen pour étudier, car c’est ce qui cause le plus grand stress lors de l’évaluation. Étudier assidument, sans pression, s’avère beaucoup plus efficace pour cette jeune femme. 

Elle suggère aussi aux nouveaux étudiants de continuer leur parcours scolaire même s’ils ne savent pas trop ce qu’ils veulent accomplir dans leur vie. « Moi même je ne suis pas certaine de ce que je veux faire plus tard, mais au moins je fais les pas qui me mèneront quelque part », se réjouit-elle.

En attendant de savoir ce que l’avenir lui réserve, Chantal Labossière reste ouverte aux opportunités et croit que le domaine du marketing est une bonne porte d’entrée pour travailler dans n’importe quelle entreprise. Elle n’exclut pas non plus l’idée de créer son propre commerce, ou encore de poursuivre ses études après l’obtention de son diplôme de l’ETP dans le but de détenir un baccalauréat dans le même domaine. 

Publié : mars 2016

Nos diplômés collégiaux, des candidats de choix sur le marché du travail

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface