Profil

Pépite de savoir

Cet été, la publication D’est en ouest : la variation géolinguistique du français au Canada est venu enrichir la recherche sur la langue française qui constitue un enjeu à la fois académique et identitaire.

Publié en juin par les Presses universitaires de Saint-Boniface, cet ouvrage est un écho aux actes du neuvième colloque international qui s’est déroulé du 30 août au 3 septembre 2010 intitulé « Français du Canada – Français de France ». Ce colloque regroupe tous les trois ou quatre ans des experts en linguistique venus du Canada, de France et d’Allemagne. Depuis une trentaine d’années, il constitue une expérience unique et sans cesse renouvelée de partage de connaissances au sujet de la langue française.

Liliane Rodriguez, directrice de la publication et coauteure du volume D’est en ouest, ne cache pas sa fierté après avoir organisé ce neuvième rendez-vous. « La rencontre de 2010 était d'une importance particulière parce qu’elle a eu lieu à Winnipeg, souligne-t-elle. C'est la première fois qu'un de ces colloques se déroulait au Canada hors du Québec. Cela marque une véritable reconnaissance du français dans l'ouest du pays. »

Sous la direction de Liliane Rodriguez et d’André Lapierre, 25 travaux de spécialistes ont ainsi été présentés à cette occasion à l'Université de Saint-Boniface et à l’Université de Winnipeg.

Recherche sans frontière

Aujourd'hui, les actes du colloque sont accessibles à tous grâce à la nouvelle publication des Presses Universitaires de Saint-Boniface. Ses 368 pages sauront satisfaire les plus curieux, car le contenu est aussi pointu que diversifié. De l'étymologie du sizerin flammé à la variation linguistique en Acadie, en passant par un état des lieux de la francophonie aujourd'hui en Colombie-Britannique, le champ est vaste et les travaux minutieux.

« L'ouvrage est volontairement très diversifié, explique Liliane Rodriguez. On traite de toutes les branches de la linguistique, qu'il s'agisse de la phonétique, de la sociolinguistique, de la lexicologie, de la syntaxe ou encore des organes de la parole. »

Cette palette incroyable d’études réalisées pour mieux comprendre le français au Canada sont d'une qualité indéniable. Le processus de sélection des articles est tel que seuls les linguistes les plus brillants et les plus méticuleux sont en mesure de contribuer à l'ouvrage.

« Il s'agit d'un volume arbitré, précise Liliane Rodriguez. Chaque texte proposé est soumis à l'examen de plusieurs lecteurs anonymes qui posent des questions et émettent un jugement. »

Un travail titanesque donc, pour créer une véritable pépite de savoir. Un élargissement considérable des frontières de la connaissance.

À la découverte de son identité

« Nos travaux sont un peu comme une histoire de la langue française, explique Liliane Rodriguez. Lors des différentes recherches effectuées, on se rend toujours compte d'une chose. Dès qu'on gratte un peu, on découvre à quel point le français est ancien et combien il a marqué les langues et les populations au Canada.

« À travers cet ouvrage de référence, on cherche donc à expliquer ce qu'il s'est passé et ce qu'il se passe aujourd'hui avec la langue française, ajoute-t-elle. C'est particulièrement important pour notre identité. La question à laquelle nous voulons répondre n'est pas seulement qui nous avons été, mais où nous en sommes aujourd'hui. »

Publié : septembre 2013

 

 

Voir d'autres profils

 

 

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface