Profil

Expérience humanitaire en Haïti

USB en HaïtiDeux étudiantes en sciences infirmières à l’Université de Saint-Boniface (USB) ont eu l’occasion, en février dernier, de prendre part à une mission médicale en Haïti. Le voyage humanitaire relevait du projet Hand in Hand with Haïti mené par le médecin franco-manitobain Pierre Plourde.

« Cela fait cinq ans que j’accompagne le docteur Pierre Plourde en Haïti, déclare l’enseignante en sciences infirmières de l’USB, Rachelle Brière. Je rêvais de pouvoir emmener un jour mes étudiantes avec moi et de leur offrir l’occasion de vivre une expérience internationale unique en son genre. Mon désir s’est concrétisé cette année. »

Durant 10 jours, les étudiantes Renée Allard et Anastasia Chmielowicz ont œuvré au sein de la communauté d’El Shaddai, à Port-au-Prince, aux côtés des autres membres de l’équipe manitobaine.

« À notre arrivée, nous avons offert deux jours d’enseignement aux étudiantes infirmières haïtiennes, explique Renée Allard. Étant donné qu’elles travaillaient avec nous en clinique, nous les avons formées à la prise des signes vitaux et à l’utilisation des équipements médicaux. »

Cette formation avait d’ailleurs demandé un travail important au préalable de la part des deux étudiantes, puisqu’elles avaient dû préparer les cours et le matériel d’appui avant leur départ. « Il fallait tenir compte des moyens limités de l’école haïtienne et prévoir du matériel scolaire adapté », précise Anastasia Chmielowicz.

Une collaboration canado-haïtienne

Les deux étudiantes manitobaines ont ensuite travaillé au sein de la clinique de santé primaire. « Les étudiantes haïtiennes étaient toujours avec nous, continue Anastasia Chmielowicz. Elles ont eu l’occasion, comme nous, d’observer et d’assister le médecin et le dentiste, et d’aider dans la pharmacie. »

Par ailleurs, elles ont aussi animé des ateliers de promotion de la santé destinés à la clientèle de la clinique et aux enfants de la communauté. « Il s’agissait de démonstrations variées qui expliquaient par exemple comment se laver les mains ou se brosser les dents correctement, raconte Renée Allard. Nous avons aussi proposé un programme d’alimentation pour les enfants. Toutes les activités étaient menées conjointement avec la communauté d’El Shaddai étant donné que Hand in Hand with Haïti est un projet de collaboration et non uniquement d’intervention. »

Un engagement durable

Les deux jeunes femmes gardent une impression très positive de leur voyage humanitaire et comptent bien renouveler l’expérience dans l’avenir. « La mission nous a prouvé qu’il est possible de participer à des projets humanitaires de ce type, affirme Anastasia Chmielowicz. C’était mon premier voyage humanitaire, ce ne sera certainement pas le dernier. »

Elles conservent aussi, d’une manière plus large, un sentiment très agréable envers la communauté d’El Shaddai. « Les gens là-bas ont peu d’argent et, malgré toutes leurs difficultés, ils sont d’une générosité épatante, reconnaît Renée Allard. Ils ont organisé une fête en notre honneur et nous ont offert des cadeaux, c’était très touchant. »

Mais, par-dessus tout, c’est l’enthousiasme et la bonne humeur des Haïtiens qui restera gravée dans la mémoire des étudiantes manitobaines. « En dépit de la pauvreté, les gens sont super heureux, souligne Anastasia Chmielowicz. Ils portent en eux la joie de vivre. J’ai vu plus souvent des personnes rire là-bas que je n’en vois ici en une journée. C’est pour moi une belle leçon de vie. »

 

Voir d'autres profils

 

 

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface