Profil

Alfred Monnin,
un illustre ancien s’éteint

C’est avec grande tristesse que nous avons appris le décès du juge Alfred Monnin, survenu le 29 novembre dernier, à l’âge de 93 ans. Illustre ancien du Collège de Saint-Boniface où il a obtenu un baccalauréat ès arts en 1939, il a œuvré sa vie durant à renforcer la communauté francophone du Manitoba.
Après ses études au Collège de Saint-Boniface, Alfred Monnin s’enrôle dans le corps d’infanterie de l’Armée canadienne de 1941 à 1945 et se rend outre-mer de 1943 à 1945. De retour au pays, il termine ses études à la Faculté de droit de l’Université du Manitoba en 1946. Après son admission au Barreau cette même année, il devient successivement magistrat de la cour de police de Saint Boniface, avocat de la couronne et juge à la Cour du Banc de la Reine, et ce, avant ses 40 ans! C’est en 1962 que l’ardent défenseur de la langue de Molière est nommé Juge à la Cour d’appel du Manitoba. En avril 1983, il devient juge en chef du Manitoba, poste qu’il occupe jusqu’à sa retraite en 1990.

À cette carrière distinguée s’ajoute un admirable engagement communautaire au sein de nombreux organismes piliers de l’identité francophone. Ainsi, Alfred Monnin a siégé à titre de président au conseil d’administration de divers organismes, notamment la Commission scolaire publique de Saint-Boniface, l’Association d’éducation des Canadiens-Français du Manitoba, la Société historique de Saint Boniface et le Centre culturel franco-manitobain. Il a aussi occupé les fonctions de président du Conseil du Collège de Saint-Boniface en 1970 et de coprésident honoraire, avec son petit-fils Christian, de la campagne de financement 2003 de notre établissement.

L’homme de loi était très engagé dans le milieu de l’éducation qu’il valorisait grandement. Il a présidé en 1993 le comité de mise en œuvre de la gestion scolaire dont une large consultation publique a mené à la création de la Division scolaire franco-manitobaine. De plus, il a été un des organisateurs du rassemblement du siècle en 1992, à titre de président du comité national du conventum du siècle.


C’est un parcours professionnel impressionnant et un engagement civique remarquable qui ont fait du juge Monnin un bâtisseur ayant laissé de nombreux legs d’importance. En reconnaissance de son travail acharné, de multiples distinctions lui ont été décernées. Il a été décoré de l’Ordre des francophones d’Amérique en 1978, de la Légion d’honneur par le gouvernement français en 1983, de l’Ordre du Canada en 1990 et de l’Ordre du Manitoba en 2000. Il a également reçu des doctorats honorifiques de l’Université du Manitoba, de l’Université Laval, de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Winnipeg.

Alfred Monnin est prédécédé dans la mort par son épouse, Denise Pelletier, et laisse dans le deuil ses cinq fils : Michel, Bernard, Pierre, Marc et Jean-Paul, leur famille ainsi que de nombreux amis, connaissances et anciens collègues de travail.

Publié : décembre 2013

 

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface