Profil ETP

Une page se tourne

Le départ à la retraite de Charlotte Walkty marque la fin d'une époque pour l'École technique et professionnelle (ETP). La directrice, qui occupait ce poste depuis 1998, quitte en effet l'Université après 23 ans au sein de l'établissement.

« En 1989, je suis tout d'abord arrivée à l'USB en tant que professeure au sein du programme d'animation en garderie, raconte-t-elle. On formait des éducateurs pour travailler en garderie, c'était un tout nouveau programme. Avec ma collègue, il a fallu organiser la structure et le contenu des cours mais également élaborer tout le volet stage et les méthodes d'évaluation. Arriver au tout début d'un programme comme celui-là a été une expérience très enrichissante. C'était une occasion que je ne pouvais pas laisser passer; ça a été très stimulant pour ma carrière. »

Effectivement, cette expérience lui a ensuite été très utile à titre de directrice de l'ETP. Le bilan très encourageant des dernières années de l’organisme en est la preuve. En effet, les années 2000 ont vu naître huit nouveaux programmes allant du Diplôme en communication multimédia au Baccalauréat en sciences infirmières générant ainsi une croissance importante du nombre d'étudiants. « Le nombre d'étudiants internationaux a également fortement augmenté, ajoute-t-elle. Nous avons donc fait de grands pas pour garantir l'accueil de tous les étudiants, qu'importe leur provenance. On a mis sur pied un comité sur la diversité culturelle et on a publié des guides pour favoriser l'intégration de tous les étudiants. » L'ETP vit ainsi une phase dynamique. À partir de la rentrée 2012-2013, douze programmes seront proposés aux étudiants. « Afin de gérer efficacement cette belle complexité, nous avons modifié la structure administrative en nommant un coordonnateur par programme, explique Charlotte Walkty. Cela m'a permis de m'entourer de personnes qui ont l'expertise dans leur matière. Je suis contente que cette structure perdure après moi, c'est un élément de stabilité. »

Parmi les temps forts de sa carrière à l'USB, elle retient le lancement du Baccalauréat en sciences infirmières au sein de l'ETP. « C'est l'exemple parfait d'un travail de coordination avec une solide équipe de professeurs et avec l'administration, déclare la directrice. Le fait que ce baccalauréat soit décerné par l'USB est véritablement le point culminant. Il s'agit de quelque chose de durable qui répond à un véritable besoin. »

Assurer la continuité de tous ces projets est donc aujourd'hui une nécessité. « Je ressens  un  profond attachement à l'Université et tout particulièrement envers l’École technique et professionnelle, assure-t-elle. J'ai beaucoup aimé mes années ici et je ferai tout mon possible pour faciliter la transition à la nouvelle direction. »

Et pour cause, l'USB lui a permis de travailler dans un univers majoritairement francophone, un rêve qu’elle caressait depuis le début de sa carrière. «  C'est très important pour moi de rester près de la langue, affirme la Franco-Manitobaine de Notre-Dame-de-Lourdes.

Et pour la suite, aucun projet définitif n'est planifié pour le moment. « Tout ce qui touche à l'humain et à la famille me passionne, révèle-t-elle. J'aimerais également passer plus de temps avec mes proches, apprendre toujours de nouvelles choses et rester active de corps et d'esprit. » À l'image de sa carrière, sa retraite sera la porte ouverte aux occasions qui se présenteront à elle. « Évidemment, je veux faire des choix qui continuent d'appuyer la communauté qui m'a aussi beaucoup donné au fil des années », conclue-t-elle.

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface