Profil Recherche

Être en santé

Annabel Levesque, professeure de psychologie à l’USB, revient de Taïwan. En effet, elle s’est rendue au congrès annuel de la International Association for Intercultural Communication Studies du 8 au 11 juin 2012. Elle y a présenté un article à partir des résultats d’un projet de recherche qu’elle a réalisé dans le cadre de sa thèse de doctorat.

« Mon sujet de thèse était les conceptions de la santé, soutient-elle. J’ai analysé les représentations subjectives de la santé et les croyances concernant les pratiques permettant de maintenir sa santé. J’ai tenté de savoir ce que veut dire être en santé pour différents groupes et j’ai pu observer que la culture était un facteur déterminant. »

En se concentrant sur le Canada, elle a d’ailleurs pu observer des divergences entre les groupes francophones et anglophones d’origine européenne ainsi que les Premières Nations. « Il est très frappant de voir que les anglophones et les francophones ont une conception de la santé plus individualiste, alors que les Premières Nations ont une vision plus collectiviste qui transcende l’individu, révèle la chercheuse. Leur point de vue est plus interdépendant. Par exemple, ils considèrent que la santé d’un individu va affecter celle des autres membres de la famille ou de la communauté. »

Cette conférence à Taïwan a donc permis à Annabel Levesque d’échanger avec d’autres sur des sujets très divers qui rassemblaient des chercheurs d’Australie, d’Europe, des États-Unis ou encore de Chine.

« Je m’intéresse beaucoup à l’état de santé des groupes minoritaires et j’ai eu l’impression pendant ce congrès que la situation est globalement similaire partout, constate Annabel Levesque. Les minorités sont souvent mal servies par le système de santé formel. »

De plus, avec ses collègues H. Z. Li et J. S. Pahal, Annabel a récemment publié dans le International Journal of Psychological Studies un article intitulé Factors related to patients’ adherence to medication and lifestyle change recommendations: Data from Canada.

« Dans cette étude, on s’est penché sur la question de l’adhésion thérapeutique des patients, explique Annabel Levesque. Il s’agit de s’interroger sur les facteurs qui font qu’un patient va suivre ou non les recommandations de son médecin. Cette étude a été faite à partir de questionnaires et d’observations de consultations et a permis d’analyser les différentes stratégies verbales utilisées par les médecins et leurs effets sur les patients. »

Justement, Annabel Levesque travaille actuellement à un projet sur le rapport des minorités avec la santé mentale en collaboration avec Danielle de Moissac, professeure en zoologie à l’USB, et d’autres chercheurs répartis dans quatre provinces canadiennes.

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface