Quand réconciliation rime avec spiritualité

« Dès mon jeunes âge, j’ai été exposée à la beauté de la culture des Autochtones, mais je n’ai jamais compris pourquoi ils étaient mis à l’écart, témoigne Sœur Norma McDonald, directrice du Service d’animation spirituelle de l’USB. J’ai toujours porté cette incompréhension en moi et aujourd’hui je veux que nous vivions ensemble une expérience de partage et de découverte culturelle. »

Ainsi est né réconciliACTION, un beau projet de partage et de réconciliation avec les Autochtones.  Le programme, qui vise la population étudiante et le corps professoral, comporte deux volets. Depuis la rentrée 2011, les participants ont vécu de nombreuses expériences de découverte culturelle ici-même au Manitoba. Le deuxième volet du projet, qui aura lieu en mai 2013, consiste en un voyage en Colombie-Britannique dans les territoires de cinq Premières Nations dont le clan Kiniqwastakumulth de la Première Nation Hesquiaht.

« Cela fait dix ans que j’organise des projets d’aide humanitaire à l’étranger, explique Sœur Norma McDonald. Mais il y a aussi beaucoup d’injustice sociale chez nous, dans notre propre pays. »

S’ouvrir à un processus de réconciliation avec les Autochtones, voilà le cœur du projet. Une telle initiative aidera à tourner la page de ce chapitre sombre de l’histoire du Canada. Pendant plus de 100 ans, environ 150 000 enfants autochtones ont en effet été arrachés à leur famille et enfermés dans des pensionnats autochtones. Le dernier établissement de la sorte a fermé ses portes en 1996.

« Aujourd’hui, les jeunes Autochtones portent en eux les répercussions qu’ont eues les écoles résidentielles gouvernementales », affirme Sœur Norma McDonald.

Afin d’être sensibilisés à la réalité des Autochtones et à leur culture, les participants ont pris part à de nombreuses activités comme l’atelier de réconciliation et de partage Retourner à l’Esprit en février dernier ou encore la visite aux Premières Nations de Swan Lake et de Hollow Water.

« On a vécu de très beaux moments avec les Autochtones à Hollow Water, témoigne Janelle de Rocquigny, chargée de cours à l’Université. On a beaucoup appris quant à leur interprétation de la création du monde, du rapport entre les Hommes et la Terre. Finalement, on s’est rendu compte que peu importe notre culture et notre religion, on a tous une conception commune du monde à la base. »

Mais réconciliACTION est également un projet de cheminement intérieur pour les participants. « Avec les différentes expériences que nous avons vécues ensemble, je sens aujourd’hui que mon esprit est plus ouvert, confie l’étudiante en troisième année de sciences infirmières Janelle Chartier. Je suis moins concentrée sur ma propre personne et j’ai vraiment à cœur la cause des Autochtones parce que je peux mieux comprendre ce qu’ils ont vécu. »

Avant de partir en Colombie-Britannique, les sept participants ont encore tout un cheminement à faire. « Je ne veux pas trop anticiper, car je veux être dans le moment présent et nous avons encore tellement de choses à vivre avant », affirme Janelle de Rocquigny.

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface