Profil

Les gains d’une relation amitié-affaires 

Il y a un peu plus de deux ans, Nader Hedfi atterrissait à Winnipeg après un long vol de 27 heures. Âgé de 18 ans à l’époque, il avait décidé de quitter sa Tunisie natale pour poursuivre ses études à l’international. 

L’Université de Saint-Boniface (USB) avait retenu son attention du fait de sa qualité d’université francophone dans une province bilingue. Le nouvel étudiant n’a pas tardé à se démarquer dans le programme d’administration des affaires de l’École technique et professionnelle (ETP) de l’USB et à s’y faire des amis.

Les gains d’une relation amitié-affairesAdena Encontre et Nader Hedfi, étudiants en administration des affaires à l’ETP

« En première année, nous étions dans le même cours de gestion », se remémore son amie Adena Encontre parlant de leur première rencontre. À cette époque, elle siégeait comme vice-présidente du Club d’entrepreneurship de l’USB et avait vite remarqué les bons travaux de son condisciple tunisien. 

« En tant que vice-présidente, je cherchais constamment des gens actifs pour rejoindre le Club. » Elle a donc approché Nader pour voir si le Club l’intéresserait. Réponse inattendue : il en faisait déjà partie. Cela a été le début d’une belle relation d’affaires et d’amitié.

Ensemble, ils vont à des festivals, ils discutent en amis de leurs vies respectives, ils cuisinent ensemble.

« On fait des échanges culturels. Je lui fais du couscous et elle me fait des brownies », lance avec humour le Tunisien. En réalité, ils échangent sur leurs cultures respectives, bien que sa collègue et amie reconnaisse timidement qu’il connait mieux Winnipeg qu’elle. 

À l’USB, d’un projet à l’autre, Nader et Adena ont pris l’habitude se réunir pour faire leurs travaux scolaires. En plus d’avoir le même emploi du temps et les mêmes cours, ils croient aussi que « chacun apporte des connaissances que l’autre n’a pas ». Adena a appris à Nader à être plus organisé, et depuis qu’elle le côtoie, elle s’est beaucoup améliorée en traitement d’images. 

Ces nombreuses collaborations ont fini par donner lieu à une profonde amitié entre les deux étudiants. « Les projets de présentations sont comme des mariages, explique Nader. On doit être d’accord sur tout. Être en harmonie. On en apprend beaucoup sur une personne en cherchant de tels compromis. » 

Les forces et les faiblesses de l’un n’ont très vite plus trop de secrets pour l’autre. « Nader fait surtout le graphisme, moi c’est plutôt la recherche et l’analyse », précise Adena. 

Entre les projets de cours et leur implication au sein du Club d’entrepreneurship, ce duo étudiant en gestion et marketing accumule les participations à des compétitions dans leur domaine d’études. 

Grâce au Club d’entrepreneurship, ils participent et organisent notamment de nombreux projets et évènements visant à éveiller le sens entrepreneurial chez les étudiants de l’USB.

Pour Adena, « c’est différent d’apprendre les choses et de les appliquer ». D’où son intérêt à s’impliquer. « C’est mieux de faire des erreurs que de ne rien faire du tout. Pourquoi attendre le diplôme pour agir? Pourquoi pas maintenant? », affirme-t-elle.

Quant à Nader, son engagement dans son milieu scolaire remonte au lycée. « Tu fais quelque chose une fois, et tu es content du résultat. Ça te donne du plaisir puis ça devient essentiel, comme manger. Tu dois continuer », conclut-il.

Publié : avril 2016

Nos diplômés collégiaux, des candidats de choix sur le marché du travail

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface