Profil

Du donneur au receveur

Diplômée du programme de baccalauréat en Sciences infirmières de l’École technique et professionnelle (ETP) en 2006, Julie Gratton Edwards est aujourd’hui infirmière au service des greffes du Centre des sciences de la santé (HSC).

Du donneur au receveur
Julie Gratton Edwards, diplômée du Baccalauréat en sciences infirmières (2006)

Cette ancienne étudiante n’a toutefois pas rejoint le service des greffes tout de suite à sa sortie de l’école. D’abord, elle a travaillé à l’Hôpital Saint-Boniface 18 mois en maternité pendant qu’elle finissait ses études, puis au service des urgences de 2007 à 2009, et, enfin, aux soins intensifs chirurgicaux et médicaux de 2009 à 2013. Depuis 2013, elle est au service de greffes du HSC, qui se spécialise dans les greffes rénales. C’est d’ailleurs le seul service au Manitoba pour la transplantation de reins.

« Quand je travaillais aux urgences, un coordonnateur du programme des greffes est venu nous parler et ça m’a vraiment intéressée, se souvient Julie Gratton Edwards. Ensuite, aux soins intensifs, j’ai eu l’occasion de travailler avec des patients qui avaient été donneurs et leurs familles, et cela est venu confirmer mon intérêt. Alors quand j’ai vu en 2013 qu’un poste s’était libéré dans le service des greffes, j’ai postulé sans hésiter. »

L’ancienne étudiante de l’USB a deux fonctions principales au sein de son service. D’une part, elle suit les patients en attente d’une greffe de rein. Trois personnes se partagent cette tâche. Julie Gratton Edwards s’occupe pour sa part de ceux venant de Saint-Boniface et de la région de Brandon. 

« Je fais tout leur suivi jusqu’à la greffe où ils sont repris par une équipe différente, explique-t-elle. Ça représente environ 230 patients en ce moment, incluant ceux qui viennent de nous être dirigés, ceux qui sont en évaluation et ceux qui sont sur la liste des personnes prêtes à recevoir un rein. »

D’autre part, Julie Gratton Edwards travaille aussi auprès de familles de donneurs potentiels. Il n’y a que dix personnes qui remplissent cette fonction de coordination de dons au Manitoba.« Quand on a un donneur potentiel, souvent pour cause de mort cérébrale, je vais parler à la famille et je lui donne l’option de faire un don d’organes, confie-t-elle. Je suis là pour les conseiller. Et si elle veut le faire, on explore quels organes elle voudrait donner parmi le cœur, les poumons, les reins, le foie, les intestins et le pancréas. Ce sont les organes dont je peux m’occuper. »

Après près de dix ans d’études puis de carrière, Julie Gratton Edwards semble avoir trouvé sa voie dans le service de greffes. « Je fais partie d’une équipe qui donne à des personnes une seconde chance à la vie, mais aussi qui aide des familles en deuil pour faire de leur perte un gain pour un autre. C’est très gratifiant », conclut-elle.

Elle rappelle d’ailleurs l’importance de discuter du don d’organes en famille et invite les gens à s’inscrire dans le registre de donneurs à l’adresse signupforlife.ca.

Publié : mai 2016

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface