Profils | Publié : mai 2016

Des comédiens pour la formation en santé 

La simulation, une forme d’étude de cas, est une méthode pédagogique capitale dans le programme de Sciences infirmières à l’Université de Saint-Boniface (USB). Lors de ces simulations, les théories apprises en cours sont mises en pratique sur des mannequins dans un contexte sécuritaire.

Image de Darcelle Vigier
Darcelle Vigier, professeure et coordonnatrice du centre de simulation de l'ETP

Mais un mannequin en plastique ne pourra jamais dégager des sentiments authentiques, des émotions. Afin de rendre l’expérience de simulation plus réelle, l’École technique et professionnelle (ETP) utilise depuis septembre 2015 des patients standardisés en plus de mannequins à la fine pointe de la technologie.

« Les patients standardisés sont de vraies personnes, des comédiens, qui jouent le rôle de patients, explique la coordonnatrice du centre de simulation de l’ETP, Darcelle Vigier. Ainsi, l’expérience émotionnelle du patient et de l’étudiant est plus réelle, ce qui permet aux professeurs de mieux évaluer ses capacités de communication.

« La communication est très importante dans notre profession, précise-t-elle, surtout en santé mentale. Mais communiquer avec un mannequin en plastique n’est pas toujours facile! »

Pour alimenter son programme de patients standardisés, l’ETP se sert de la banque de patients standardisés bilingues de l’Université du Manitoba. Avant chaque simulation, le rôle de chaque patient leur est expliqué.

Au-delà de la santé mentale, les patients standardisés répondent aux besoins en formation sur les soins complexes, la maternité et le deuil périnatal, ou encore les soins palliatifs.

« On remplace les mannequins par des patients standardisés chaque fois que c’est plus pertinent, explique Darcelle Vigier. En revanche, il y a d’autres situations où il vaut mieux utiliser les mannequins, notamment quand on veut faire travailler les étudiants sur des problèmes physiologiques. On ne peut pas changer le pouls d’un patient standardisé, faire tomber sa pression ou lui donner des symptômes d’asthme! Les deux sont donc vraiment complémentaires pour notre formation. »

Selon ce que la coordonnatrice du centre de simulation a pu entendre, les étudiants comme les professeurs apprécient l’expérience de travailler avec des patients standardisés.

« Le programme de patients standardisés requiert beaucoup de ressources humaines, de coordination et d’organisation, conclut Darcelle Vigier. C’est une grande opportunité qui est offerte à nos étudiants, grâce au travail de toute une équipe et au fait qu’on a la chance d’avoir accès à une banque de patients bilingues déjà existante. »

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface