Profil

Un bassin de valeur

 

Les diplômés de l’École technique et professionnelle sont très prisés sur le marché du travail. Leur formation à la page et leur capacité de s’exprimer en français sont parmi leurs plus grands atouts.

Depuis sa création il y a 40 ans, l’École technique et professionnelle (ETP) de l’Université de Saint Boniface (USB) offre des programmes de haute qualité en fonction des besoins du marché du travail.

L’excellente formation, les stages et l’éducation en français sont, parmi d’autres, les raisons pour lesquelles plusieurs employeurs n’hésitent pas à embaucher des étudiants diplômés de l’ETP, et ce, dans de nombreux domaines.

Jeune enfance

Éducation de la jeune enfance (EJE) est l’un des diplômes offerts par l’ETP. Les Enfants Précieux, la garderie de l’école Précieux-Sang, embauche plusieurs diplômés de ce programme parce qu’il offre une excellente formation, à la hauteur des attentes et des besoins.

« Les professeurs de l’ETP sont vraiment à jour dans le domaine, très passionnés, et ils transmettent bien ce savoir et cette passion aux étudiants. Ceux-ci sont très bien outillés pour le marché du travail en petite enfance. Ils font des employés idéaux », avance Michèle Demarcke, directrice des Enfants Précieux.

Les professeurs d’EJE encouragent notamment leurs étudiants à préparer des activités qui seront ensuite testées par des garderies comme les Enfants Précieux. « Ces activités nous permettent de créer un premier lien avec nos futurs employés et de voir comment ils travaillent, se réjouit Michèle Demarcke.Les stages sont également importants, pour que les étudiants puissent déjà s’habituer à la routine, aux parents, aux enfants et au personnel de notre garderie. Ensuite, si tout va bien, on peut espérer les garder pour l’été! »

Pour Chantale Tackaberry, la directrice en charge des Petites Grenouilles à Saint-Pierre-Jolys, il peut être difficile de trouver des gens qui veulent travailler en milieu rural. Elle a donc souvent recours au programme accéléré, un programme de l’ETP permettant de former une personne qui travaille déjà en garderie. Les étudiants du programme accéléré complètent leur diplôme tout en continuant de travailler en garderie à temps partiel.

« C’est plus facile de trouver des gens dans les environs qui veulent travailler avec les enfants et par la suite les appuyer dans leurs démarches pour intégrer le programme accéléré », confie-t-elle.

Chantale Tackaberry s’accorde donc avec Michèle Demarcke pour affirmer que « l'ETP répond bien à nos besoins comme employeurs, et elle essaie toujours d'être aux aguets des nouveautés dans notre domaine ».

Santé

Les programmes de santé sont également très populaires. Entre autres, l’Office régional de la santé (ORS) du Sud, Santé Sud, y embauche plusieurs de ses infirmiers/infirmières et aides-soignants/aides-soignantes qui vont ensuite travailler dans les hôpitaux bilingues de Sainte-Anne, Saint-Pierre-Jolys ou encore Notre-Dame-de-Lourdes.

« Nous sommes un ORS désigné bilingue et nous trouvons dans l’ETP un très bon bassin de professionnels de la santé bilingues, se réjouit le vice-président des ressources humaines à Santé Sud, René Ouellette. C’est rare de pouvoir trouver du personnel qualifié bilingue ailleurs qu’à Saint-Boniface. »

Il ajoute que la formation des diplômés de l’ETP correspond bien aux attentes de Santé Sud. « Nous leur donnons toujours une formation complémentaire spécifique à nos institutions, mais leur formation de base est très complète », assure-t-il.

En outre, René Ouellette apprécie l’avantage d’avoir des employés locaux. « Beaucoup des diplômés de l’ETP qu’on a embauchés avaient déjà une connexion avec le rural, notamment la région Sud. Les chances sont meilleures qu’ils restent travailler chez nous s’ils se sentent de retour chez eux. »

Comptabilité

Jean-Guy Talbot, fondateur et président-directeur général de Talbot & Associés a embauché plusieurs diplômés de l’ETP. Ses premières raisons sont « la très bonne formation offerte par l’ETP ainsi que le bilinguisme. »

Le français est en effet très important pour la compagnie Talbot & Associés. Jean-Guy Talbot explique que son équipe « était 100 % bilingue jusqu’à récemment. Maintenant, il y a trop de demandes pour n’avoir que du personnel bilingue, mais le bilinguisme a toujours été vu chez nous comme un gros avantage. »

C’est pourquoi les étudiants diplômés de l’ETP sont grandement recherchés. D’ailleurs, Talbot & Associés ne sont pas les seuls à les courtiser... D’autres compagnies de comptabilité, ainsi que le gouvernement, leur font concurrence.

Communication et multimédia

Seul établissement offrant un programme de Communication multimédia en français, l’ETP permet d’assurer la relève dans ce domaine. Alain Dondo, directeur de production et post-production aux Productions Rivard, en est ravi.

« On a un monteur qui est diplômé du premier cours de Communication multimédia offert par l’ETP. Nous l’avons embauché en 2008 et il travaille encore à temps plein avec nous », dit-il avec entrain.

Entreprise francophone, les Productions Rivard emploient autant de francophones que possible, d’où l’intérêt à leurs yeux des diplômés bilingues de l’ETP. Ainsi, des étudiants du programme Communication multimédia viennent faire un stage aux Productions Rivard et sont fréquemment réembauchés par la suite pour divers contrats. « En les accueillant en stage, on apprend à mieux les connaitre et à voir leur potentiel », mentionne Alain Dondo.

Mais surtout, grâce à son contenu diversifié, le programme Communication multimédia permet aux étudiants d’avoir une perspective globale sur les différentes facettes du domaine ; télévisuelle par exemple. « Les jeunes qui suivent cette formation à l’ETP en sortent très bien formés et avec une bonne base. Ce sont des jeunes qu’on veut embaucher », conclut le directeur de production et post-production.

Publié : juin 2016

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface