Profil

Encourager le développement de la matière grise

L'abbé Léo Couture
Au mois de juin 2016, l’abbé Léo Couture, ancien de l'USB, a célébré 60 ans de prêtrise.

Ancien élève du Collège de Saint-Boniface (CSB), aujourd’hui Université de Saint-Boniface (USB), l’abbé Léo Couture garde de très bons souvenirs des huit ans qu’il a passé dans l’établissement, des éléments français à la philosophie. Il y a obtenu son baccalauréat en arts en 1950.

« Je me souviens de la qualité de mes professeurs, dit-il. C’étaient des Jésuites, donc leur spécialité était l’enseignement. Ils étaient très polis, respectueux et délicats, mais aussi exigeants au niveau académique. Ils allaient chercher le meilleur de chaque élève. »

Il garde notamment en mémoire son enseignant de rhétorique qui faisait l’analyse des raisons pour lesquelles se sont déroulés les évènements de l’Histoire du Canada. « Ça nous a donné une perspective, et nous a poussés à aller au-delà des dates et des évènements, à sortir de nos barrières, à garder notre cartouche intellectuelle toujours ouverte. Encore aujourd’hui, j’aime toujours beaucoup lire et apprendre. »

C’est également lorsqu’il étudiait au CSB que Léo Couture a reçu l’appel de Dieu à la prêtrise, un jour à l’église, soudainement. Il avait jusque-là plutôt pensé s’orienter en médecine. Il avait 21 ans, et c’est son directeur spirituel au Collège qui l’a aidé à discerner dans quelle branche de la prêtrise il devrait se diriger. Il a été ordonné prêtre à l’âge de 25 ans.

Au mois de juin 2016, l’abbé Léo Couture a célébré 60 ans de prêtrise. Il est aumônier de quatre foyers pour aînés, Actionmarguerite Saint-Boniface, Chez-Nous, Vistar Park Lodge et Golden Links, après 19 ans de service à la Cathédrale de Saint-Boniface.

Plus de six décennies ont passé, mais il n’a pas oublié son Collège de Saint-Boniface auquel il fait régulièrement des dons.

« Tout ce qui pousse à développer sa matière grise, je l’encourage, car l’intelligence est à l’image de Dieu, explique-t-il. L’USB fait ça, donc j’y crois. Toute ma vie, j’ai été fier de la façon dont les Jésuites du Collège avaient su déclencher dans nos cervelles le gout de la connaissance, de l’apprentissage. »

Donner est aussi pour lui une manière de rendre hommage à son grand-père qui a payé l’intégralité de son cours classique au CSB jusqu’au baccalauréat, alors qu’il n’était pas destiné à aller y étudier.

« Nous n’avions pas les moyens d’aller au Collège, mais comme j’étais arrivé premier du Manitoba à l’examen de français provincial en 6e année, mon grand-père a payé pour que j’aille au Collège avec les meilleurs, termine l’abbé Léo Couture. Si je peux moi aussi aider quelqu’un à apprendre par mon don, comme mon grand-père l’a fait pour moi, ça me rend heureux. »

Publié : juillet 2016

 

Voir d'autres profils

© 2013-2017 Université de Saint-Boniface